Les dictionnaires bretons du fonds Montbret (3) : le Dictionnaire françois-breton ou françois-celtique du dialecte de Vannes de Cillart de Kerampoul (1744)

Clément Vincent Cillart de Kerampoul : Dictionnaire françois-breton ou françois-celtique du dialecte de Vannes, enrichi de thêmes, dans lequel on trouvera les genres du françois & du breton ; les infinitifs, les participes-passifs, les présents de l’indicatifs, suivant la première façon de conjuguet ; & une ortografe facile, tant pour l’écriture, que pour la prononciation. Par monsieur L’A***. Leyde : Par la Compagnie 1744. Exemplaire du fonds Montbret, Mtp 10967.

La première moitié du XVIIIe siècle est une période importante dans l’histoire de la lexicographie bretonne, avec plusieurs publications majeures : Le Dictionnaire breton-français de Vannes, de Pierre de Châlons (1723), le Dictionnaire François-Celtique ou François-Breton, de Grégoire de Rostrenen (1732), le Dictionnaire français-breton ou français-celtique du dialecte de Vannes, de Cillart de Kerampoul (1744) ainsi que le Dictionnaire étymologique de la langue bretonne par Louis Le Pelletier (1752, mais dont le manuscrit date de 1716).1

Le dictionnaire bilingue de Cillart de Kerampoul – second dictionnaire seulement pour le breton vannetais – s’inspire de ces entreprises lexicographiques contemporaines.2 Son auteur, Clément Vincent Cillart de Kerampoul (1668-1749), est un ecclésiastique vannetais, né à Sarzeau, curé d’abord à Pontivy, puis à Grand-Champ, ensuite chef des missions du diocèse de Vannes.3 Avant d’entamer la rédaction de son propre dictionnaire, il aurait déjà collaboré à celui de Pierre de Châlons (1641-1718), alors recteur de Sarzeau, et se fait éditeur du manuscrit après la mort de l’auteur.4 Mais Cillart de Kerampoul se positionne surtout face au « Gros Dictionnaire dès différents Dialéctes (…) pour Quimpèr, Léon & Tréguér », c’est-à-dire celui de Grégoire de Rostrenen5, qu’il juge « d’aucune utilité pour ceux qui veulent apprendre le Breton de Vannes » (p. V). Projet lexicographique concurrent donc, mais d’envergure nationale, car la celtomanie du XVIIIe siècle attire l’attention du public érudit vers la Bretagne et sa langue. Cillart de Kerampoule n’hésite ainsi pas à affirmer que son dictionnaire « ne peut manquer d’être favorablement reçu. La France surprise apparamment de l’inaction sur l’un des plus béaux monumens de l’Antiquité, a paru le souhaitter » (préface p. III). La rivalité avec le dictionnaire de Rostrenen concerne en outre la question de la primauté parmi les dialectes bretons. Cillart de Kerampoul se montre un ardent défenseur du vannetais :

Breton de Vannes le-plus ressemblant à l’Hébreux, le-moins embarassé, le-plus énèrgique, & dont le François a emprunté une grande partie de ses mots ; sur-tout son aimable prononciation sans infléxions ou mauvaus accens : Par conséquent, Breton de Vannes, le meilleur de tous les Bretons ; l’anciènne, la véritable Langue Cèltique. 

Cillart de Kerampoul (préface p. V)

L’on comprend que Cillart de Kerampoul se soucie également pour la pureté du breton, « une Langue qui languit dans un tristë ét pèrnicieux oubli », et distingue entre un bon et un mauvais breton (p. VI-VII) en citant des exemples avec l’indication du lieu où ces mauvais mots et expressions sont en usage.6

Il choisit de publier son ouvrage sous pseudonyme (« Monsieur L’Armerye ») et avec une fausse adresse, sans doute pour échapper à la censure. En réalité, le dictionnaire est imprimé à Vannes et non pas à Leyde, comme l’indique la page de titre. Il sera réédité en 1756, cette fois avec La Haye pour adresse. Pour le breton vannetais, il est suivi seulement en 1904 par un nouveau dictionnaire, celui du linguiste Émile Ernault. Le fonds Montbret comporte deux exemplaires, sous les cotes de la BMR Mtp 18584 et Mtp 10967. Le premier possède une cote la bibliothèque Montbret (1.109 <28> L. Celtiq.) et l’indication du nom d’auteur : « Ce dictionnaire est de l’abbé Cillart prêtre du diocèse de Vannes », le deuxième est sans traces d’une utilisation par les Coquebert de Montbret, mais porte comme marque de provenance l’étiquette du libraire « J. Le Jeune fils » de Lorient.7



Citer ce billet
Sven Ködel (2022, 11 août). Les dictionnaires bretons du fonds Montbret (3) : le Dictionnaire françois-breton ou françois-celtique du dialecte de Vannes de Cillart de Kerampoul (1744). Coquebert de Montbret. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzwu

  1. Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, 2000, p. 105. []
  2. Un exemplaire numérisé de la BnF est disponible sur Gallica. []
  3. Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, tome 10, Paris 1863, p. 579, notice sur Google Books []
  4. André-Yves Bourgès, Cillart de Kerampoul, un « dénicheur de saints », billet de blog, 21 septembre 2021. []
  5. Sur le dictionnaire de Grégoire de Rostrenen, voir le billet ici. []
  6. Voir aussi la présentation du dictionnaire de Cillart de Kerampoul dans le catalogue d’exposition de la bibliothèque de Quimper « Penser et classer le monde : cinq siècles de dictionnaires », p.35, en ligne. []
  7. Pour une description détaillée des deux exemplaires, voir sur Nakala Mtp 10967 et Mtp 18584. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search