L’affaire du testament Montbret

« Not a little sensation »

Dans son numéro d’avril 1848, les American Annals of the Deaf and Dumb se font l’écho d’une affaire de testament survenue à Rouen l’année précédente :

« The last number of the Paris Annales has much to say concerning a deaf and dumb gentleman of Rouen, Baron de Montbret, whose late death, connected with the testamentary disposition which he made of his large estate, is producing not a little sensation in that quarter. »1

Cette sensation est due au testament d’Eugène Coquebert de Montbret, décédé d’une apoplexie, le 12 août 1847, à l’âge de 62 ans. Traducteur, orientaliste, linguiste, mais surtout collectionneur passionné de livres, il laisse une bibliothèque privée exceptionnellement riche et volumineuse, formée initialement par son père, Charles-Étienne Coquebert de Montbret, et augmentée considérablement par lui tout au long de sa vie. Contre toute attente, Eugène lègue cette bibliothèque – ainsi que toute sa fortune mobilière et immobilière ! – à la ville de Rouen, déshéritant ainsi ses plus proches parents. Ceux-ci, à savoir sa sœur cadette et son cousin, saisissent aussitôt la justice afin de faire invalider le testament.

L’écho dans la presse

L’affaire est immédiatement couverte par la presse locale et même nationale. Pourquoi cet intérêt public pour le legs d’un particulier ? Alfred Péron, directeur-gérant de la Revue de Rouen et de Normandie, résume que « la plupart des journeaux de notre ville, du département et même de Paris, ont retenti de la nouvelle du legs magnifique de toute sa fortune et de sa riche bibliothèque évaluée à 60,000 volumes »2. C’est donc une valeur importante qui est en jeu, mais plus encore, c’est le mystère d’une bibliothèque privée que personne ne connaît réellement, « cette mine tenue secrète jusqu’à ce jour » (Alfred Péron), qui évoque la curiosité publique, non moins que la personnalité de ce testateur hors commun. Le Journal de Rouen est le premier à annoncer la nouvelle, dès le 18 août, promettant déjà des « richesses littéraires » aux habitants de la ville. Puis, dans son édition du 21 août, il fait suivre des informations sur Eugène et la famille Montbret.3 La nouvelle apparaît ensuite dans les faits divers de la presse parisienne, à savoir le Constitutionnel, le 22 août4, et le Moniteur universel, le 24 août5. Les articles les plus détaillés se trouvent cependant dans la Revue de Rouen et de Normandie où Péron, lui-même imprimeur-libraire, se montre fasciné par cette bibliothèque et les richesses qu’il y imagine. Interviennent ensuite deux revues spécialisées, le Bulletin du bibliophile et le Bulletin des arts, clairement dans l’intention de corriger l’image excentrique que les journaux ont dressée d’Eugène et de sa collection de livres. De même, les Annales de l’éducation des sourds-muets et des aveugles défendent l’honneur du testateur, propos repris plus tard dans les American Annals of the Deaf and Dumb cités en haut. Quand l’intérêt des journaux s’estompe, l’affaire du testament n’est point terminée : elle se poursuit devant la justice et occupe la mairie de Rouen jusque dans les années 1850, sans parler du défi à long terme que l’intégration de la collection Montbret constitue pour la bibliothèque publique de la ville.

Le motif du legs

Pourquoi avoir choisi la ville de Rouen comme légataire universelle au détriment de sa propre famille ? Eugène lui-même ne s’est jamais expliqué sur cette décision. Les journalistes qui s’interrogent eux aussi sur la question ne trouvent pas de réponse convaincante. Les Coquebert de Montbret ne sont pas originaires de Normandie, et même si Eugène s’est retiré dans l’Eure après presque toute sa vie à Paris, il n’avait aucun lien particulier avec Rouen. Selon les informations de Péron, il aurait passé une partie de sa jeunesse dans cette ville, au sein de la famille de Fontenay. Mais est-ce un motif suffisant pour ce legs extraordinaire ? L’hypothèse la plus probable reste l’exemple donné par Constant Leber (1780-1859), grand bibliophile lui aussi, qui a vendu une partie importante de sa collection de livres à la bibliothèque publique de Rouen dès 1838. Les deux hommes se connaissaient depuis 1806 lorsqu’ils sont entrés tous les deux en tant que surnuméraires au bureau de la statistique du ministère de l’Intérieur. Comme Eugène, Leber s’intéresse à l’étude des langues, et comme lui, il n’a pas non plus de lien direct avec Rouen quand il choisit la bibliothèque de cette ville pour lui proposer ses livres. Eugène semble donc avoir surtout suivi l’exemple de son ami. Mais d’autres raisons encore doivent l’avoir poussé, dans un premier temps, à déshériter sa famille.

Une affaire de famille

Par son testament, établi le 1er août 1844 en quadruple expédition et déposé en quatre endroits différents6, Eugène désigne la ville de Rouen comme légataire universelle. Outre la bibliothèque Montbret, c’est donc un patrimoine familial considérable qui est en jeu : la fortune immobilière qui comprend notamment sa maison à Gisors et la ferme de la Fontaine à Morgny (Eure), mais également le mobilier, l’argenterie, une collection de médailles et de monnaies, les papiers familiaux. S’y trouvent des documents fort privés, comme les lettres et les journaux de voyage de Charles-Étienne, son portrait peint etc. L’ouverture du testament doit avoir été un véritable choc pour les membres de la famille et avant tout pour Cécile, la sœur d’Eugène. Malgré des liens tendus avec son frère, à en juger d’après les lettres qu’elle a écrites en réaction au testament, Cécile ne s’attendait pas à être entièrement déshéritée. Elle parle d’une « spoliation imméritée, accomplie […] sous l’impression d’une vengeance aveugle », et qualifie le testament comme un acte d’une « brutale indifférence ».7

Comment alors expliquer la démarche d’Eugène, si blessante pour ses plus proches parents ? Cécile y voit « l’intervention d’une main étrangère », à savoir celle de Charles Motteley (1778-1850), bibliophile et libraire qui semble avoir largement profité de la faiblesse d’Eugène pour lui vendre régulièrement des livres à des prix surfaits. Cécile doit avoir eu connaissance de la correspondance entre Motteley et Eugène. Elle écrit : « En 1843, il lui propose un arrangement testamentaire dont les clauses ne sont pas clairement énoncées, mais dans lequel le Sr. Moteley est évidemment intéressé. »8 Cette possible influence de Motteley n’explique cependant pas tout. Depuis la mort de ses parents, Eugène s’est montré incapable de gérer la fortune familiale héritée. Pour s’acheter des livres, il a fini par contracter des dettes et placer des hypothèques, souvent à des conditions inacceptables. Alarmée par ses dépenses sans frein, la famille obtient qu’il lui soit constitué un conseil judiciaire afin de l’empêcher de dissiper la fortune familiale. C’est sans doute aussi cette mise sous tutelle qui a nourrit en lui un sentiment de vengeance envers les siens. Motteley, d’ailleurs, a dû renoncer à une partie de la somme qu’Eugène lui devait, car jugée exagérée par le tribunal qui l’a placé sous la surveillance du conseil judiciaire.

Le testament d’un insensé ?

L’argumentation pour faire invalider le testament se focalise par la suite sur l’état mental d’Eugène. Cécile écrit ainsi au préfet :

« Comment mon frère, s’il eut conservé toute sa raison, auroit-il pu admettre un seul instant la pensée que l’administration du pays accepteroit comme émané d’une volonté libre et saine, un testament qui non seulement enlève à mes enfants les débris d’une fortune longuement amassée par leur aïeul, et les prive (eux si dignes d’en apprécier les trésors) d’une bibliothèque à laquelle mon père avait conféré tant de soins, mais encore me prive de la consolation de réunir les manuscrits fruits de ses longues veilles, les papiers de famille et jusqu’aux correspondances dépositaires de ses pensées et de celles de ma mère. »9

C’est ensuite sa bibliomanie qui sert d’argument principal. Le témoignage de Cécile décrit en effet les symptômes d’une manie pathologique qui ne s’est pas seulement manifestée par l’accumulation obsessionnelle de livres, mais plus encore par le désordre et l’état négligé de la collection :

« Il achetait sans choix, sans réflexion tout ce qui s’offroit. Des exemplaires en double, en triple vinrent s’entasser dans son appartement. Des paquets, des malles laissés intacts pendant longues années s’accumulèrent de toutes parts. L’appartement que ses parents avaient occupé, et qu’il avait conservé dans une maison de famille ne lui suffit plus et plusieurs dépôts de livres (ainsi qu’il les nommait) furent loués par lui dans divers quartiers de Paris et jusqu’à Versailles. Les manœuvres les plus grossières, les appâts les plus légers, tout étoit bon pour lui, tout réussissoit à l’entourage qui exploitoit sa faiblesse ».10

Faiblesse pour les livres, mais également faiblesse due à sa surdi-mutité qui semble expliquer voire excuser les singularités du comportement d’Eugène aux yeux des journalistes. Les Annales de l’éducation des sourds-muets le décrivent ainsi comme une personne avec « des manières rustiques » qui « fuyait la société pour vivre dans l’intimité de ses chers bouquins »11, et la Revue de Rouen et de Normandie évoque de « légères bizarreries » dans son caractère, comme on en trouve cependant chez tous les « amateurs passionnés ». Eugène n’apparaît point dans la presse comme un maniaque irresponsable, mais au contraire, comme un homme intelligent et cultivé, maître de ses actions. La Revue de Rouen et de Normandie livre le témoignage d’un libraire de la ville :

« Aussi bon bibliophile qu’habile linguiste, M. Coquebert de Montbret joignait, à un coup-d’œil de lynx, un tact exquis qui le trompait rarement dans le choix de ses livres ; personne ne saisissait mieux à la première inspection le mérite et la rareté d’un ouvrage, et nous pouvons assurer qu’il savait en apprécier la valeur commerciale. De sorte qu’il eût été difficile d’exploiter, sous ce rapport, sa bonne foi ; c’est donc à tort qu’on l’a représenté comme ayant rempli sa collection d’un grand nombre de livres insignifiants ».12

Souvenir, certes, d’un libraire qui n’était peut-être pas désintéressé dans les affaires d’Eugène. Les Annales de l’éducation des sourds-muets, par contre, admettent que « sa passion favorite pour les livres a été souvent exploitée aux dépens de sa fortune, par d’indignes spéculateurs qui auraient dû respecter son infirmité », mais elles concluent tout de même en faveur de la parfaite santé mentale d’Eugène :

« Jusqu’à son dernier jour M. Coquebert de Montbret a paru dans les conditions d’un homme qui non-seulement a conservé ses facultés intellectuelles, mais encore les possédait à un degré fort éminent. Les termes mêmes de son testament, les motifs assignés à ses dispositions dernières sont des témoignages, en quelque sorte complémentaires, que cet homme, voué pendant toute sa vie aux plus nobles investigations de l’esprit, était resté jusqu’au bout sain de tête et de cœur. »13

Le jugement des journaux est donc sans équivoque, manifestant peu de compréhension pour les revendications de la famille, éclipsées par la générosité du legs et par la curiosité qu’excite la bibliothèque :

« It is not at all uncommon for those who find theit hopes of inheritance blighted to discover in this fact alone decided evidence of mental aberration in him who contributed to their disappointment. They are sure, at the least, that the dead relative could not have been in his right mind, when their claims were forgotten ».14

 

Le testament devant la justice

Quel sera donc l’avis des tribunaux ? Cécile et son cousin Paul Coquebert de Montbret s’adressent d’abord au Conseil d’État. Ils contestent l’institution de la ville de Rouen comme légataire universelle, mais accepte que la bibliothèque municipale reprenne de la bibliothèque Montbret les livres utiles pour ses propres collections. Évoquant « la notoire incapacité du testateur dans l’administration de ses biens, les suggestions intéressées dont il étoit depuis longtems l’objet, et l’état d’irritation dans lequel il se trouvoit, au moment où il a testé, par suite du jugement qui le plaçoit sous la direction d’un conseil judiciaire »15, ils réclament de

« 1°. Refuser à la ville de Rouen l’autorisation d’accepter le legs qui lui est fait, à titre de légataire universelle, du débris d’une fortune patrimoniale, si tristement dilapidée déjà par le testateur, pour les rendre à une famille honorable, victime d’un injuste mouvement de colère. 2°. Décider, quant à la bibliothèque de M. Coquebert de Montbret que la ville de Rouen sera autorisée à y prendre tous les ouvrages de nature à lui être utiles, soit parce qu’ils manqueroient dans sa propre bibliothèque, soit parce qu’il y auroit intérêt pour elle à les posséder en double. À cet égard, Mad[am]e Brongniart s’en remettroit à la décision de M. le bibliothécaire de la ville de Rouen. »16

La demande est cependant rejetée. En juillet 1849, le Conseil d’État, statuant sur la question du legs Montbret, autorise l’acceptation par la ville de Rouen. Cécile et Paul perdent également un procès intenté devant le tribunal des Andelys : le 24 août 1850, ce tribunal déclare mal fondée leur prétention de faire invalider le testament. Ils poursuivent devant la Cour d’appel qui confirme, début mai 1851, le jugement rendu par le tribunal des Andelys.

L’exécution du testament à Rouen

Dès le 24 août 1847, l’autorisation est donnée au maire d’accepter le legs Montbret. En même temps, une commission est formée pour examiner la réclamation faite par Cécile en tant qu’héritière naturelle. Une année plus tard, le 22 juin 1848, cette commission décide qu’il n’y a pas lieu d’avoir égard à son opposition au testament, et par conséquent, le maire est à nouveau autorisé à poursuivre à l’exécution de la succession. Mais il faut encore attendre la décision du Conseil d’État avant de le charger officiellement, le 31 août 1849, de prendre les dispositions légales pour l’acceptation définitive du legs. En attendant, la ville avance 3.000 francs, puis à nouveau 24.000 francs, pour payer les droits de mutation et pour couvrir les frais relatifs à la succession, auxquelles s’ajoutent 6.000 francs pour le paiement des honoraires des avocats, d’autres frais et gages pour la garde de scellées, des frais de voyage et de gratification, d’entretien des biens immobiliers, sans oublier le versement d’un legs particulier fait par Eugène à ses anciens domestiques. Enfin, dix ans plus tard, en 1858, un crédit de 5.500 francs est voté pour l’installation de la bibliothèque Montbret dans l’ancienne salle des séances de l’Académie, à l’Hôtel de Ville. La maison à Gisors et la ferme à Morgny sont vendues, tout comme le mobilier, à l’exception d’une partie donnée aux anciens domestiques d’Eugène. L’argenterie est vendue à partir de 1858, de gré à gré, pour le prix de l’estimation. La collection des monnaies anciennes, des médailles et jetons est déposée à la bibliothèque de la ville.17

La juste valeur de la bibliothèque Montbret

Les journalistes se montrent éblouis par la taille et la valeur possible de cette bibliothèque privée. Elle est estimée à 60.000 volumes et une valeur de 300.000 francs, voire 500.000 francs, somme extraordinaire évoquée par Péron : « ce chiffre est énorme et aucune collection particulière n’a encore atteint cette valeur en France »18. Le legs est ainsi présenté comme un geste singulier, sans égal dans l’histoire récente, et comparable uniquement aux plus importants dons du siècle dernier : « La collection de M. Coquebert de Montbret peut donc être considérée comme la plus nombreuse, et, peut-être, la dernière de cette importance qui ait été formée par un simple particulier. »19 Mais cette première emphase s’avère vite être une surenchère journalistique. Péron doit admettre qu’en réalité, personne ou presque n’a jamais vu cette bibliothèque pour pouvoir se prononcer sur sa valeur réelle : « parmi tous ceux qui ont parlé de la richesse, en quelque sorte fabuleuse, de ses collections, il en est bien peu qui puissent se flatter d’en avoir parlé de visu ».20

De la déception bibliophilique…

Péron se rend donc personnellement sur place afin d’être parmi les premiers à découvrir les trésors de cette bibliothèque, mais les trouve dans un état de conservation lamentable et chaotique :

« Nous avons été assez heureux pour être appelé à assister à la levée des scellés ; pendant deux jours, nous avons pu passer en revue cet énorme amas de richesses littéraires ; et, quoiqu’une absence totale de classement, un entassement formidable de volumes empilés dans des galeries, dans des chambres, dans des greniers, sous des remises, aient dû naturellement rendre un semblable aperçu bien insuffisant, cependant, nous n’en croyons pas moins pouvoir porter, sur la valeur de l’ensemble, un jugement à peu près certain. »21

Péron s’attendait manifestement à trouver une collection bibliophilique, composée de beaux livres, d’éditions anciennes et de reliures précieuses. Or, il n’y trouve que des livres « ordinaires », « modernes » et « utiles » et ne peut guère cacher sa déception :

« Cette bibliothèque renferme peu de livres rares, dans l’acceptation la plus générale et la plus élevée que les bibliophiles attribuent à cette qualification. Ainsi, par exemple, c’est à peine si nous y avons rencontré une impression gothique : absence qui exclut la classe si précieuse et si chèrement payée des anciennes chroniques, des mystères, des romans de chevaleries, etc. Ensuite le collecteur, loin d’avoir la passion des belles conditions, des exemplaires de parfaite conservation, qualité qui seule peut donner aujourd’hui aux bibliothèques une haute valeur vénale, paraîssait au contraire professer un profond dédain pour ce mérite extrinsèque, et nous ne croyons pas qu’il ait jamais fait relier un livre en sa vie. Tous les livres sont de condition ordinaire, souvent très médiocre, et les livres modernes, qui sont en nombre considérable, sont pour la plus grande partie brochés. Les livres utiles, les bons livres, comme on dit généralement, mais sans rareté et de prix ordinaire, y sont en très grande majorité. »22

L’utilité et l’actualité des ouvrages ne sont donc pas retenues comme des valeurs particulières d’une collection de livres. La bibliothèque Montbret ne remplit ainsi pas les critères de la bibliophilie de l’époque, mais se présente beaucoup plus comme un lieu de savoir, un outil de la recherche et de l’érudition. Péron ne se montre pas totalement insensible à cet aspect, mais essentiellement par déférence au statut de savant renommé de Charles-Étienne :

« D’ailleurs, le fonds principal de cette bibliothèque, réuni par M. de Montbret père, homme d’un savoir éminent et connu par d’immenses travaux en tout genre, ne peut manquer de présenter un grand intérêt. Ce sont principalement des livres d’histoire, de géographie et de statistique, des descriptions de provinces, des livres en dialectes et patois, des livres en langues étrangères. »23

C’est pourtant justement cette valeur documentaire et non pas celle vénale qui constitue la véritable richesse de la bibliothèque Montbret !

… à la valorisation scientifique

Deux revues spécialisées – le Bulletin du bibliophile et le Bulletin des arts – reconnaissent pleinement cette valeur documentaire et cherchent à corriger l’image d’Eugène dans l’opinion publique. Ainsi, la notice parue dans le Bulletin du bibliophile précise :

« Savant infatigable, sa passion étoit d’acheter et de collectionner. Aussi sa bibliothèque, qu’il n’a cessé d’enrichir depuis quarante ans, est-elle éminemment précieuse. Parmi bon nombre d’ouvrages spéciaux, elle contient non seulement l’histoire particulière de la Normandie et de chacune de nos provinces, mais aussi des volumes de la plus grande rareté et des plus curieux sur l’archéologie et les différens idiomes et patois de la France et de l’étranger ; des voyages, des dissertations intéressantes, curieuses, et une foule de livres introuvables. […] Un journal, en annonçant sa mort, disoit ‘que M. de Montbray (sic) collectionnoit des publications de toute sorte d’une façon tout à fait bizarre, et où des œuvres d’un véritable mérite se trouvoient confondues avec des livres sans valeur.’ Ceci est évidemment une erreur. Le choix de M. de Montbret pour enrichir sa collection se portoit tout spécialement sur les livres importants et de savoir, et l’histoire, les langues savantes et tout ce qui s’y rattache avoient toujours la plus grande part dans ses nombreuses et fréquentes acquisitions. »24

Le Bulletin des arts prend encore plus clairement position contre « la main malveillante ou ignorante qui a glissé dans les journaux cette note sur le legs de M. Eug. Coquebert de Montbret », mettant particulièrement en avant les mérites d’Eugène en tant que spécialiste des langues ainsi que l’intérêt de sa bibliothèque pour la recherche et principalement pour la linguistique :

« M. de Montbret a laissé la collection la mieux choisie et la plus curieuse qui existe sur la linguistique générale. Cette collection se compose de cent mille volumes environ, dont la valeur pourrait s’élever à plus de 250,000 francs. On sait que M. de Montbret savait non-seulement toutes les langues parlées ou écrites, mais encore tous les patois, surtout ceux de l’Italie, qui sont si nombreux et si peu connus hors des localités où ils se conservent à peine. La mort de ce linguiste universel est une perte irréparable pour la science qu’il voulait enrichir d’un glossaire omnilingue. Son curieux ouvrage sur les patois, le seul qu’il ait publié, témoigne de l’importance des manuscrits qu’on trouvera dans sa succession. »25

C’est donc une collection unique en son genre dont la conservation sera désormais à la charge des bibliothécaires de la ville de Rouen.

L’intégration de bibliothèque Montbret dans la bibliothèque publique de Rouen

Eugène a noué les premiers contacts avec la bibliothèque de Rouen bien avant l’établissement de son testament, probablement après la vente de la collection Leber. L’idée de léguer sa propre bibliothèque à la ville de Rouen était donc chez lui un projet né de longue date, selon les témoignages recueillis pas Péron :

« Il y a huit ou dix ans que, par une personne interposée, il fit faire les premières ouvertures au bibliothécaire actuel ; depuis il vint, à deux reprises différentes, visiter notre Bibliothèque, passa plus de huit jours, à sa dernière visite, il y a trois ans, à la compulser, et, dans ces diverses occasions, réitéra, soit par l’intermédiaire de la personne de confiance qui lui servait d’interprète, soit par écrit et sous forme de courtes déclarations qui ont même été conservées, l’intention d’ajouter sa bibliothèque au riche dépôt littéraire que possédait déjà la ville de Rouen. Ainsi, l’acte de haute libéralité de M. de Montbret ne doit donc point être considéré comme le résultat du caprice bizarre d’un mourant, mais bien comme la réalisation d’une intention depuis longtemps arrêtée dans un esprit parfaitement sain et vigoureux. »26

Ajoutons donc que l’acquisition réussie de la collection Montbret était aussi le fruit d’un investissement de la part des bibliothécaires de Rouen, d’un travail de confiance mené avec patience et persévérance pour établir un lien entre leur bibliothèque et le futur légataire. Eugène Noël, conservateur de la bibliothèque à partir de 1879, raconte dans ses souvenirs comment le sous-bibliothécaire de l’époque a accueilli Eugène lors de sa première visite :

« Théodore Lebreton était seul un matin à la Bibliothèque, c’était un jour de fermeture, lorsqu’il vit se présenter un vieillard qui tout de suite lui fit voir qu’il était sourd-muet et qu’il désirait visiter la collection. M. Lebreton reçut avec affabilité ce visiteur étrange ; la conversation s’engagea à l’aide d’un calepin. M. Lebreton répondit à toutes les questions qui lui étaient faites, particulièrement sur les trésors de la Bibliothèque Leber qu’il connaît si bien ! Le pauvre sourd-muet, qui la connaissait également, qui avait été l’ami de M. Leber fit l’aveu qu’il possédait, lui aussi, une très nombreuse collection de livres. Ce collectionneur n’était autre que M. Coquebert de Montbret, orientaliste fervent en dépit de son infirmité. Ajouter sa propre bibliothèque à celle de M. Leber, auprès de l’ancien fonds, déjà si riche, de la Bibliothèque de Rouen, fut son rêve, il le réalisa en 1847, en léguant à la ville toute sa collection composée d’environ 60 000 volumes dont 500 manuscrits. M. de Montbret joignit à cela une ferme dont la vente produisit 210 000 F destinés à l’édification d’un local pour cette nouvelle collection. »27

Pierre Edme Dumée, L’Hôtel de Ville de Rouen en 1847, image numérisée sur Gallica.

 

Ce n’est cependant que deux ans après le décès d’Eugène que la bibliothèque publique de Rouen peut effectivement prendre possession du legs Montbret. En novembre 1849, le maire fait recueillir une première partie de sa collection de livres à Paris et à Versailles. Nous avons un témoignage postérieur de l’arrivée de cette collection à Rouen, d’après le souvenir de l’ancien conservateur André Pottier : 

« Elle fut alors transportée à Rouen, et déposée en tas dans une salle de l’Hôtel-de-Ville. Plus tard, on la monta dans un local situé sous les combles. Enfin, à la demande de M. A. Pottier, l’ancienne salle des séances de l’Académie, située près de la bibliothèque de la ville, lui a été consacrée. C’est là que s’opère le classement de ces nombreux ouvrages ; mais cette salle sera encore insuffisante, et ne contiendra guère que le tiers de la totalité. »28

Il faut en fait attendre quarante ans et l’installation de la bibliothèque publique dans un nouveau bâtiment, en 1888, pour que la collection Montbret y trouve sa place définitive. Elle reste un défi jusqu’à aujourd’hui pour qui cherche à découvrir ses secrets.



Citer ce billet
Sven Ködel (2019, 10 janvier). L’affaire du testament Montbret. Coquebert de Montbret. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzwl

  1. American Annals of the Deaf and Dumb, vol. 1, no. 3 (avril 1848), p. 193, www.jstor.org/stable/44401115. []
  2. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 520, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/520 []
  3. Journal de Rouen, éditions du 18 et 21 août 1847, http://recherche.archivesdepartementales76.net/?id=recherche_guidee_journal []
  4. Le Constitutionnel : journal du commerce, politique et littéraire, éditions du 22 août 1847, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6679325/f2 []
  5. Gazette nationale ou le Moniteur universel, édition du 24 août 1847, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k44355159/f1 []
  6. Annales de l’éducation des sourds-muets et des aveugles, vol. 4, 1847, p. 298-299 []
  7. Muséum national d’histoire naturelle. Manuscrits Famille Coquebert de Montbret, Ms 2352/4 : Minute de pétition de Mme Alexandre Brongniart née Cécile Coquebert de Montbret tendant à l’annulation du testament de son frère Eugène. []
  8. Muséum national d’histoire naturelle. Manuscrits Famille Coquebert de Montbret, Ms 2352/4 : Minute de pétition de Mme Alexandre Brongniart née Cécile Coquebert de Montbret tendant à l’annulation du testament de son frère Eugène. []
  9. Muséum national d’histoire naturelle. Manuscrits Famille Coquebert de Montbret, Ms 2352/4 : Minute de pétition de Mme Alexandre Brongniart née Cécile Coquebert de Montbret tendant à l’annulation du testament de son frère Eugène. []
  10. Muséum national d’histoire naturelle. Manuscrits Famille Coquebert de Montbret, Ms 2352/4 : Minute de pétition de Mme Alexandre Brongniart née Cécile Coquebert de Montbret tendant à l’annulation du testament de son frère Eugène. []
  11. Annales de l’éducation des sourds-muets et des aveugles 4/1847, p. 298-299 []
  12. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 521, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/520 []
  13. Annales de l’éducation des sourds-muets et des aveugles 4/1847, p. 298-299 []
  14. American Annals of the Deaf and Dumb, vol. 1, no. 3 (avril 1848), p. 193-194, www.jstor.org/stable/44401115. []
  15. Muséum national d’histoire naturelle. Manuscrits Famille Coquebert de Montbret, Ms 2352/4 : Minute de pétition de Mme Alexandre Brongniart née Cécile Coquebert de Montbret tendant à l’annulation du testament de son frère Eugène. []
  16. Muséum national d’histoire naturelle. Manuscrits Famille Coquebert de Montbret, Ms 2352/4 : Minute de pétition de Mme Alexandre Brongniart née Cécile Coquebert de Montbret tendant à l’annulation du testament de son frère Eugène. []
  17. Cf. la base de données des délibérations du Conseil Municipal de Rouen (1800-1939), https://www.rouen-histoire.com/Pessiot/Conseil/Recherche_Tout.php []
  18. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 522, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/522 []
  19. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 522, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/522 []
  20. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 582, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/582 []
  21. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 582, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/582 []
  22. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 582, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/582 []
  23. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 583, https://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/582 []
  24. Bulletin du bibliophile, vol. 1, 1847, p. 362, https://archive.org/details/bulletindubibli10nodigoog/page/n373 []
  25. Bulletin des arts : guide des amateurs de tableaux, dessins, estampes, livres, manuscrits, autographes, médailles et antiquités, 10 septembre 1847, pp. 90-91, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9799135b/f100 []
  26. Revue de Rouen et de Normandie, vol. 15, 2e semestre 1847, p. 522, http://archive.org/details/revuederouenetde1847sociuoft/page/522 []
  27. Eugène Noël, La bibliothèque de Rouen. Notes et souvenirs, in : Notices scientifiques, industrielles, commerciales et artistiques sur la ville de Rouen. Rouen 1883, p. 24. []
  28. J.-E. Decorde, Essai historique et archéologique sur le canton de Gournay. Paris et Rouen 1861, p. 112-113, https://archive.org/details/bub_gb_RPNAAAAAcAAJ/page/n115 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search