Giuseppe Valeriano Vannetti, Lezione sopra il dialetto roveretano, 1761

Les Coquebert de Montbret n’ont jamais voyagé eux-mêmes en Italie, et pourtant, leur bibliothèque comporte de nombreux ouvrages sur l’Italie et en italien – en fait le troisième plus grand nombre de livres en langue étrangère après l’anglais et le latin. S’y trouvent également beaucoup d’éditions dialectales, tant contemporaines qu’anciennes, remontant jusqu’au début du 16e siècle, ainsi que des ouvrages qui traitent de la langue italienne et de ses dialectes. Assez souvent, il s’agit d’éditions rares dont seulement quelques exemplaires sont conservés dans des bibliothèques en dehors de l’Italie.

La Lezione sopra il dialetto roveretano di Giuseppe Valeriano Vannetti (1719-1764) est tout à fait représentative de leur intérêt pour les dialectes de l’Italie. La BMR en possède trois exemplaires (cotes Mtm 8373, Mtm 9674, Mtm 20536 ; les seuls en France à part un exemplaire à la BNF selon le CCFr). Brochés, les pages non coupées, sans aucune trace d’utilisation et sans mention dans le catalogue manuscrit de Charles-Étienne, ils ont probablement été acquis par Eugène. Cette triple acquisition montre certes qu’Eugène doit avoir perdu le compte des livres qu’il possédait déjà, mais sans pour autant avoir perdu de vue l’orientation globale de la collection.

Ce petit livre de 96 pages, paru à Rovereto en 1761, est le fruit de l’attention croissante que le 18e siècle accorde, en Italie comme ailleurs, aux questions de la langue et à l’étude des parlers vernaculaires régionaux. Puisant dans la riche production de poésies et de nouvelles en dialecte, il est à la fois la première réflexion trentine sur le parler local et une véritable défense de celui-ci (« il patrio Idioma », « nostro patrio Dialetto ») avec laquelle l’auteur cherche à légitimer la production littéraire en langue vernaculaire. Vannetti, représentant typique des Lumières en province, était membre fondateur de l’Académie de Rovereto (Accademia roveretana degli Agiati) et un érudit aux intérêts multiples, qui en outre, comme traducteur, a joué un rôle important de médiateur entre les aires culturelles et linguistiques germanique et italienne. Bien que favorable à l’utilisation du toscan (« la Toscana favella ») comme langue commune et langue littéraire, il voyait dans les dialectes vivants de l’Italie une source d’enrichissement du toscan, par leur grâce, leur expressivité et leur vocabulaire, propos amplement démontrés par les exemples qu’il donne dans sa Lezione. L’idée d’une telle leçon sur le dialecte lui était venu d’une publication similaire, la Lezione intorno alle origine, ed alcuni modi di dire della lingua bresciana (1759), du chanoine Paolo Gagliardi de Brescia. La leçon proprement dite ne compte en fait qu’une trentaine de pages (p. 9-40) et sert d’introduction au poème « Ensoni de Misser Pinpesi » (p. 41-63) de l’abbé Giuseppe Felice Givanni, poète local et « il padre, il maestro e l’ognicosa della nostra rustica vernacola favella », à qui Vannetti a dédié son ouvrage. Pour compléter le livre, il a encore ajouté un poème de sa propre main, en toscan cependant, composé en 1748 : La Ninfa del Leno (p. 65-95).1 2 3



Citer ce billet
Sven Ködel (2019, 4 février). Giuseppe Valeriano Vannetti, Lezione sopra il dialetto roveretano, 1761. Coquebert de Montbret. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzwm

  1. Giuseppe Valeriano Vannetti : Lezione sopra il dialetto Roveretano, del cavalier Giuseppe Valeriano Vannetti. Rovereto : per Francescantonio Marchesani Stampatore Cesareo-Regio 1761. Sur Google Books. Sur Internet Archive []
  2. Giambattista Chiaramonti : La vita del cavaliere Giuseppe Valeriano Vannetti roveretano, Signore di Villanuova, fondatore della Imperiale Regia Accademia degli Agiati di Roveredo. Brescia : Giammaria Rizzardi 1766. Sur Google Books []
  3. Mario Allegri : Un « passatempo onesto e dilettevole » : Giuseppe Valeriano Vannetti (1719-1764) tra impegno civile e pratica letteraria, in : Marcello Bonazza (éd.) : I « buoni ingegni della patria ». L’accademia, la cultura e la città nelle biografie di alcuni Agiati tra Settecento e Novecento, Rovereto : Accademia roveretana degli Agiati 2002, p. 12-50. En ligne sur IRIS []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search