Du Pérou en Normandie : itinéraire d’un dictionnaire quechua du 17e siècle

Vocabulario en la lengua general del Perú llamada Quichua, y en la lengua Española. Nuevamente enmendado y añadido de algunas cosas que faltaban por el Padre Maestro Fray Juan Martínez Cathedrático de la Lengua. De la orden del Señor Sant Augustin. En Los Reyes [= Lima]. Por Antonio Ricardo. Año de M. DC. IIII. [1604]

Page de titre avec, en marge à droite, la marque du propriétaire :
Ex Libris M. Théodore Hugo / 1740

Au premier regard, ce livre ne paie pas de mine : en petit format, dans une reliure du 18e siècle, il ressemble à une des belles éditions de l’époque, pouvant aussi bien contenir un roman courtois ou un traité philosophique, acheté pour orner une bibliothèque privée. Mais quand on l’ouvre, il raconte une toute autre histoire. Ce dictionnaire du quechua, la langue principale des Incas, fut imprimé à Lima en 1604. Il nous renvoie à la première exploration des langues indigènes du Pérou dans le contexte de la colonisation espagnole et aux débuts de l’imprimerie en Amérique latine. Il rappelle aussi les tribulations d’un petit groupe de chercheurs français, partis pour une mission scientifique à l’équateur dans les années 1730. C’est par le biais d’un membre de cette expédition que le dictionnaire apparut, un siècle plus tard, dans une librairie parisienne où Charles-Étienne Coquebert de Montbret l’a acquis pour sa bibliothèque.

La lexicographie coloniale et les débuts de l’imprimerie en Amérique latine

Sous le règne colonial espagnol, la lexicographie des langues indigènes, appelées alors « langues générales », répondait aux besoins des administrateurs et des missionaires, trop peu nombreux pour enseigner l’espagnol aux populations autochthones en outre de leur mission de les évangéliser et d’administrer la colonie. Dans une approche plus pratique que théorique, il s’agissait donc de permettre à une personne sans connaissance préalable des langues indigènes d’acquérir les bases de la communication. Dans un premier temps, on compilait des vocabulaires et glossaires, avant d’entamer la confection de grammaires et de dictionnaires, pour ensuite traduire le catéchisme et autres textes religieux. Ce travail fut essentiellement réalisé par le clergé. Le Concile de Trente (1545-1563) avait en fait favorisé explicitement l’usage des langues vernaculaires dans l’instruction religieuse et commandé des traductions du catéchisme. L’arrivée de l’imprimerie en Amérique latine s’explique dans ce contexte spécifique.1

Des dictionnaires et grammaires du quechua font ainsi partie des premiers livres imprimés en Amérique du Sud, sortis de l’atelier d’Antonio Ricardo (1532-1605/06). D’origine italienne, Ricardo émigra d’abord à Mexico, vers 1570, et s’établit ensuite à Lima où il obtint en 1584 la permission des Jésuites d’ouvrir une imprimerie. Entretemps, le Troisième Concile de Lima (1582-1583) avait commandé la production d’un catéchisme trilingue en espagnol, quechua et aymara.2 L’objectif principal de l’atelier de Ricardo était donc d’imprimer ces catéchismes et traités d’instruction religieuse ainsi que des vocabulaires et grammaires des langues amérindiennes destinés à aider les missionaires dans leur effort de christianiser la population indigène.3

Le dictionnaire quechua de 1586 et ses éditions successives

Paru pour la première fois à Lima (Los Reyes) en 1586, sous le titre d’Arte y vocabulario en la lengua general del Peru llamada Quichua y en la lengua Española, ce dictionnaire fut réédité à Séville en 1603 et à nouveau à Lima en 1604 et 1614.4 L’identité de son auteur est inconnue, mais il s’agit probablement d’une personne dont les travaux peuvent être associés au Troisième Concile de Lima.5 Le livre de la bibliothèque des Coquebert de Montbret est le dictionnaire dans l’édition de 1604. Augmentée et corrigée, elle fut publiée sous le titre modifié de Vocabulario en la lengua general del Perú llamada Quichua, y en la lengua Española. Nuevamente enmendado y añadido de algunas cosas que faltaban por el Padre Maestro Fray Juan Martínez Cathedrático de la Lengua. De la orden del Señor Sant Augustin. Son éditeur, Juan Martínez de Ormachea (?-1616), occupait depuis 1592 la chaire consacrée à l’étude du quechua de l’université royale de Lima.6 Il s’agit essentiellement d’un glossaire de mots quechua, transcrits suivant la phonétique du latin, avec leurs équivalents espagnols. Le livre compte plus de 400 pages non paginées. À la fin est ajouté une annexe de 41 pages (avec pagination) de notes grammaticales, portant le titre d’Arte de la lengua general del Peru, llamada Quichua. Représentant un des premiers documents sur la langue quechua, ce dictionnaire appartient d’ailleurs à un ensemble de 39 éditions premières de la bibliothèque nationale du Pérou qui ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2013.

Page annotée. En haut est ajouté le numéro de la page (42) et en bas une expression quechua avec explication en français : manapas – c’est insister sur la négation

L’exemplaire conservé à Rouen (cote Mtp 11383), relié avec un signet en tissu, montre de nombreux ajouts manuscrits à l’intérieur : une note sur l’achat de la main de Charles-Étienne Coquebert de Montbret, porté sur le contreplat de devant, un ex-libris avec nom et date sur la page de titre, puis des numéros de page, portés en haut à droite sur les premières dizaines de pages du livre, et notamment des mots et expressions quechua ajoutés en haut et en bas des pages, avec leurs traductions espagnoles ainsi que, parfois, avec des traductions et commentaires en français. Les ajouts de texte en bas de page sont partiellement coupés, sans doute parce que les tranches du livre ont été rognées afin de monter une reliure nouvelle après l’arrivée du dictionnaire en France. Si des traces des propriétaires ou des usages datant d’avant le 18e siècle existaient sur une reliure plus ancienne, elles se sont donc aussi perdues au moment où le livre a fait peau neuve. Remarquons encore que les annotations en français concernent parfois des observations ethnographiques ou des indications de lieu, ce qui nous mène sur la piste de son ancien propriétaire…

Détail de page avec texte manuscrit coupé en bas : Titicaca étang dont les indiens prétendent qu’en est sorti leur premier inca Manco Capac et sa (…)

Page avec texte manuscrit coupé en bas : (…) est à 80 lieues de Cusco, et c’est l’endroit où le soleil (…)

Comment ce livre a-t-il pu finir, deux siècles plus tard, dans une bibliothèque privée parisienne ?

L’ex-libris manuscrit sur la page de titre est au nom de Théodore Hugo et daté de 1740. Ceci nous permet de reconstituer au moins une partie de l’histoire du livre qui explique comment il a pu trouver son chemin jusqu’à Paris. Hugo (ou Hugot) était un des assistants dans l’expédition géodésique française au Pérou, partie de France en 1735 pour mesurer la longueur d’un degré de latitude sur l’équateur dans le but de déterminer la forme exacte de la Terre. Pendant huit ans, de 1736 à 1744, les douze membres de l’expédition parcoururent l’Amérique du Sud, avec des pertes tragiques et des destins individuels très variés. Une fois les mesures et observations terminées, ils devaient trouver leurs propres moyens pour rentrer en Europe par des routes séparées – ou rester au Pérou et gagner leur vie sur place. Hugo, un horloger de formation et en charge des instruments de l’équipe, épousa une Péruvienne et s’installa à Quito sans jamais revoir sa patrie. La suite de son parcours est incertaine : il travaillait pour la cathédrale et finit ses jours dans la pauvreté selon certains auteurs, selon d’autres, il tenait une boutique ou participait à l’exploitation d’une mine et mourut vers 1781, disparu dans la jungle. La dernière trace de lui semble être une lettre adressée à Joseph de Jussieu en 1749.7

Hugo ne peut donc pas avoir ramené le livre en France. Quid des autres membres de l’expédition ? L’aide-géographe Jacques Couplet-Viguier trouva la mort en 1736, le chirurgien Jean Séniergue fut assasiné à Cuenca en 1739, le dessinateur Jean-Louis de Morainville fut tué dans un accident vers 1764. Sont rentrés les deux officiers espagnols qui faisaient partie du groupe, Jorge Juan y Santacilia et Antonio de Ulloa, ainsi que le cartographe Jean-Joseph Verguin et les membres scientifiques, à savoir l’astronome Louis Godin (1704-1760), le mathématicien-physicien Pierre Bouguer (1698-1758), le chimiste et géographe Charles de La Condamine (1701-1774) et le botaniste Joseph de Jussieu (1704-1779) – ce dernier seulement en 1771, infirme et privé de mémoire après avoir erré dans toute l’Amérique latine pour rassembler une collection de plantes qu’il perdit ensuite par malchance.

Reste l’assistant-cartographe Jean Godin des Odonais qui semble bien être la personne la plus probable pour avoir porter le dictionnaire en France. Devenu professeur d’astronomie et de sciences naturelles au Collège de Quito en 1739, il épousa une Péruvienne, Isabel Gramesón, et se mit à étudier les langues indigènes – ensemble avec Théodore Hugo. En 1743, il démissionna de sa chaire pour se consacrer entièrement aux sciences naturelles et à l’apprentissage des langues, puis partit explorer la flore de l’Amérique du Sud. Séparés pendant des années, les deux époux ne se retrouvèrent qu’en 1770 et décidèrent alors de rejoindre la France où ils débarquèrent en 1773. Godin des Odonais s’installa après à Saint-Amand-Montrond, dans le Cher. Grâce à une pension du duc de La Vrillière, il se mit à composer une grammaire et un vocabulaire du quechua qui cependant n’étaient pas terminés au moment de sa mort en 1792.8

L’intégration du livre dans la bibliothèque des Coquebert de Montbret

Nous savons, grâce à une note manuscrite de Charles-Étienne sur le contreplat, que le livre fut vendu plus tard dans la librairie De Bure. Les frères Jean-Jacques et Marie-Jacques De Bure descendaient d’une grande famille de libraires installée à Paris depuis deux siècles. Leur librairie, specialisée dans la vente de bibliothèques, se trouvait alors rue Serpente, dans le quartier de la Monnaie. Charles-Étienne y a acheté le dictionnaire pour 12 francs, le 25 juin 1814. Le livre ne montre pas de cote visible sur le dos ou à l’intérieur, mais il est référencé dans le catalogue manuscrit de la bibliothèque Montbret comme numéro 10 dans la rubrique « langues de l’Amérique », illustrant bien l’étendue de l’intérêt des Coquebert de Montbret pour l’ensemble des langues du monde.

 

 

Le Vocabulario avec sa reliure française et l’étiquette moderne de la Bibliothèque municipale de Rouen.

 

 

 

 



Citer ce billet
Sven Ködel (2019, 4 mars). Du Pérou en Normandie : itinéraire d’un dictionnaire quechua du 17e siècle. Coquebert de Montbret. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzwn

  1. Bruce Mannheim : Lexicography of Colonial Quechua, in : Wörterbücher. Ein internationales Handbuch zur Lexikographie. Berlin – New York: W. de Gruyter 1989, p. 2676. Extraits sur Google Books ; Isaías Lerner : Spanish Colonization and the Indigenous Languages of America. Oxford : Berghahn 2000, p. 284-286 []
  2. Isaías Lerner : Spanish Colonization and the Indigenous Languages of America. Oxford: Berghahn 2000, p. 286 []
  3. Hortensia Calvo : The Politics of Print : The Historiography of the Book in Early Spanish America, in: Book History vol. 6/2003, p. 278. Texte complet sur JSTOR []
  4. Exemplaire numérisé de l’édition de 1586 et de l’édition de 1604 consultable sur Biblioteca Digital Mundial. []
  5. Bruce Mannheim : Lexicography of Colonial Quechua, in : Wörterbücher. Ein internationales Handbuch zur Lexikographie. Berlin – New York: W. de Gruyter 1989, p. 2683. Extraits sur Google Books. Hans J. Niederehe : Grammatiken und Wörterbücher des Quechua. Einige bibliographische Anmerkungen, in: B. Staib (éd.) : Linguistica romanica et indiana. Tübingen : Narr 2000, p. 533-550. Extraits sur Google Books. []
  6. Sur Juan Martínez voir M.-C. Bénassy-Berling/J.-P. Clément/A. Milhou (éd.) : Langues et cultures en Amérique espagnole coloniale. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle 1993, p. 114. Extrait sur Google Books []
  7. Antonio Crespo Sanz : Aventuras y desventuras de la expedición que midió un arco de meridiano en el ecuador (1735-1744), in : Mapping n° 181/2017, p. 66. Pdf en ligne. A. Lafuente/A. Mazuecos : Los Caballeros del Punto Fijo : Ciencia, política y aventura en la expedición geodésica hispanofrancesa al virreinato del Perú en el siglo XVIII. Madrid : Serbal 1987, p. 92 et p. 154. Michael Rand Hoare : The Quest for the True Figure of the Earth. Ideas and Expeditions in Four Centuries of Geodesy. New York : Routledge 2017, p. 241. Extraits sur Google Books []
  8. Alfred Maury : Les Académies d’autrefois, in : Journal des Savants, février 1868, p. 111. En ligne sur Google Books. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search