Les dictionnaires bretons du fonds Montbret (1) : des Colloques de Guillaume Quiquer aux Vocabulaires nouveaux (17e-19e siècles)

Nouveau dictionnaire ou colloque françois et breton, très-utile pour ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Troisième édition. Saint-Pol-de-Léon: Jean-P. de Cremeur 1757.

Ouvrages très populaires du 17e jusqu’au début du 20e siècle, ces dictionnaires usuels en petit format, véritables livres de poche avant la lettre, étaient destinés à l’apprentissage du breton et du français, ou plus simplement, à mettre à portée de main des voyageurs quelques éléments de communication pour s’exprimer dans l’autre langue. Comme les guides de langue ou les « phrase books » de nos jours, ils combinent une partie d’exemples de conversation et d’expressions utiles avec une partie vocabulaire et quelques notions de grammaire. Le fonds Montbret en renferme douze exemplaires en différentes éditions qui font partie d’un ensemble de quelques 80 livres bretons que les deux Coquebert de Montbret ont rassemblés au cours des années.

Le dictionnaire de Guillaume Quiquer est l’ancêtre et le plus connu de ces dictionnaires portatifs breton-français. La première édition parut à Morlaix chez Georges Allienne en 1626, sous le titre programmatique de Dictionnaire et Colloqves François et Breton. Traduits du François en Breton par G. Quiqver de Roscoff : Liure necessaire tant aux François que Bretons, se frequentans, & qui n’ont l’intelligence des deux langues. Selon la préface de l’imprimeur, il s’adressait aux « personnes de diuerses qualitez, ayant des affaires en ce pays de basse Bretaigne, qui n’ont l’intelligence de son vulgaire Breton, & mesme des naturels Bretons ».1 Le public visé était donc vaste, et le dictionnaire pouvait également servir de manuel d’apprentissage du français pour les Bretons bretonnants. Il s’agit en réalité d’un travail peu original puisque l’auteur s’est contenté de traduire le vocabulaire polyglotte de Noël Berlaimont, paru pour la première fois à Anvers en 1530 et qui connut lui aussi un succès considérable avec plus de 150 éditions dans plusieurs langues. Pour le reste, peu est connu de ce Guillaume Quiquer qui pourtant est à l’origine d’un best-seller immédiat et durable de l’imprimerie bretonne.2 3 Les trois exemplaires du dictionnaire que possédaient les Coquebert de Montbret datent de 1633, 1671 et 1679 :

  • Dictionnaire et colloqves françois-breton divisez en trois parties. Dictionaer ha collocou gallec-brezonnec, divisèt en téir queufren. Par Maistre Guillaume Quiquier [sic] de Roscoff, augmentez de moitié, & de douze traitez non encor imprimez. Morlaix : Georges Allienne 1633 (cote Mtp 11253). Livre relié en parchemin, in-16°, avec une étiquette effacée sur le dos qui renvoie au classement des langues dans la bibliothèque Montbret : « L. Celtiq. 40 », reporté également au crayon sur le contreplat comme « <40> L. celtiq. 110 » ; y figure en outre un ex-libris d’une main inconnue.
  • Dictionaire et colloqves françois-breton. Traduit du françois en breton, par G. Qviqver natif de Roscof. Livre tres necessaire pour l’intelligence des deux langues. Reveu, corrigé & augmenté en cette derniere edition. Quimper : Guillaume Le Blanc 1671 (cote Mtp 11077). Livre relié, in-16°, avec comme seule marque un « coll[ectio]n G. » porté à la main sur la dernière page.
  • Dictionaire et colloques françois-breton. Traduit de françois en breton, par G. Quiquer, natif de Roscof ; livre tres-necessaire pour l’intelligence des deux langues. Reveu, corrigé & augmenté en cette derniere edition. Quimper : Romain Malassis 1679 (cote Mtp 10964). Livre broché en parchemin, très usé, mais sans aucune annotation à l’intérieur.

Le succès du dictionnaire de Quiquer fut tel qu’une édition rivale vit le jour à Morlaix en 1717 : le Nouveau dictionnaire ou colloques françois et breton. L’initiative venait d’un autre imprimeur morlaisien, Paul de Ploësquellec, qui avait probablement confié la rédaction à un des auteurs bretons dont il publiait les livres de piété. Ce nouveau dictionnaire continua le succès de celui de Quiquer : pour les deux, on compte plus de 70 éditions jusqu’en 1915, parues à Morlaix, Brest, Quimper, Saint-Pol-de-Léon, Vannes, Saint-Brieuc, Landerneau, Rennes et même à Caen. Aucune autre publication lexicographique bretonne voire même aucun autre ouvrage en langue bretonne, à l’exception peut-être de quelques livres de piété, n’a atteint ces chiffres de ventes.4 Trois exemplaires se trouvent dans le fonds Montbret : la troisième édition du dictionnaire, imprimée à Saint-Pol-de-Léon en 1757, puis la « nouvelle édition » de 1774 et de 1784, les deux publiées à Morlaix :

  • Nouveau dictionnaire ou colloque françois et breton, très-utile pour ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Troisième édition. Saint-Pol-de-Léon : Jean-P. de Cremeur 1757, 218 pages (cote Mtp 11143). Livre broché, couverture en parchemin réutilisé (une lettre en français avec écriture recto-verso, tamponnée ; voir l’image en haut) ; sur le dos figure une étiquette avec la cote que les Montbret ont attribué au livre, « L. celtiq. 40 », reporté aussi sur le verso de la page de couverture comme « 1.110 breton ». Aucune annotation à l’intérieur.
  • Nouveau dictionnaire ou colloque françois et breton, à l’usage des diocèses de Tréguier & de Léon, & généralement de tous ceux qui sont curieux d’apprendre l’une & l’autre de ces deux langues. Nouvelle édition. Morlaix : Pierre Guyon 1774, 182 pages (cote Mtp 16852). Livre broché en bon état, quelques pages non découpées.5
  • Nouveau dictionnaire ou colloque français et breton, à l’usage des diocèses de Tréguier & de Léon, & généralement de tous ceux qui sont curieux d’apprendre l’une & l’autre de ces deux langues. Nouvelle édition. Morlaix : Pierre Guyon 1784, 169 pages (cote Mtp 11129). Livre broché avec de nombreuses annotations à l’intérieur et des mots soulignés sur la plupart des pages dans la première moitié de l’ouvrage.

Selon Le Goaziou, la dernière édition publiée comme Nouveau dictionnaire date de 1786. Le titre fut ensuite modifié en Vocabulaire nouveau ou colloque français et breton. Ouvrage très-utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Ces éditions ne font plus mention de leur date de parution dans l’ouvrage. Le Goaziou date la première édition sous le nouveau titre vers 1791, en fonction des entrées contenues désormais dans le dictionnaire : par exemples « citoyen » qui remplace « Monsieur ». La lexicographie bretonne a donc bien enregistré les changements linguistiques survenus sous la Révolution. Parmi les quatre exemplaires conservés dans le fonds Montbret, seule l’édition contenant le décret impérial relatif aux foires du Finistère est datable avec certitude : c’est l’ouvrage imprimé par Yves Jean Louis Derrien à Quimper en 1811 qui est en même temps la dernière édition du texte complet de l’ouvrage paru en 1717 :6

  • Vocabulaire nouveau ou colloque français et breton, ouvrage très-utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Quimper : Y. J. L. Derrien s.d., 173+[4] pages (cote Mtp 10989). Livre broché, quelques notes au crayon sur le contreplat. À la fin est ajouté le calendrier des « foires de l’évêché de Cornouaille » (4 pages).
  • Vocabulaire nouveau ou colloque françois et breton, ouvrage très-utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Quimper : Y. J. L : Derrien, s.d., 173+[3] pages (cote  Mtp 11127). Livre broché, sans aucune annotation.
  • Vocabulaire nouveau, ou colloque françois et breton, ouvrage très utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Quimper :  Y. J. L. Derrien s.d., sans pagination (cote Mtp 10955). Livre broché, avec quelques marques au crayon sur la dernière page et un nom de personne (?) « Kyalain » (?) ainsi que la mention « double » (en crayon bleu) portés sur le contreplat de devant.
  • Vocabulaire nouveau ou colloque français et breton, ouvrage très-utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Quimper : Y. J. L. Derrien [1811], 173+[7] pages (cote Mtp 10987). Livre broché. À la fin est ajouté le « décret impérial contenant les foires du département du Finistère » (5 septembre 1810) avec les dates des foires pour chaque arrondissement (7 pages).

À la fin du 18e siècle, une nouvelle série d’éditions dérivées vit le jour à Vannes. Ce ne sont plus des reproductions exactes de l’ouvrage de Ploësquellec, mais des adaptations. La première initiative dans ce sens fut prise par l’imprimerie de J. M. Galles à Vannes qui publia au moins dix éditions jusqu’en 1891.7 8 Dans l’intention de fournir les moyens d’entendre et de parler le breton à ceux qui ne savent que le français, ces éditions contiennent notamment une esquisse de grammaire que l’on peut considérer comme le premier essai d’une grammaire du dialecte vannetais9. Le Goaziou compte trois éditions entre 1790 et 1820.10

  • Vocabulaire nouveau, ou dialogues français & bretons, ouvrage très utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Vannes : J. M. Galles, s.d., 215+[32] pages (cote Mtp 10983). Livre cartonné, comprenant à la fin une « addition au vocabulaire français-breton » (grammaire bretonne) de 32 pages. Le Goaziou date cette édition vers 1795-1805. Le classement du livre au sein de la bibliothèque Montbret est indiqué par une étiquette sur le dos « L celtiq. 41 » et la cote « 1. 110 <41> celtique » portée sur le contreplat de devant, suivie de la mention « acheté à Vannes le 15 septembre 1818 ».
  • Vocabulaire nouveau, ou dialogues français & bretons, ouvrage très utile à ceux qui sont curieux d’apprendre l’une ou l’autre de ces deux langues. Vannes : J. M. Galles, s.d., sans pagination (cote Mtp 11128). Livre cartonné avec couverture en papier peint. Il est estampillé « Bibliothèque Ministère de l’Intérieur » sur la page de titre, ce qui nous permet de dater sa parution avant 1812. Sur la couverture est ajouté « carton n° 19 », « Morbihan », « E ».

Pourquoi posséder tant d’exemplaires de ce dictionnaire ? S’il est tout à fait possible que Charles-Étienne ait utilisé un de ces livres lors d’un voyage en Bretagne, un tel usage n’était certainement pas le but principal de leur collection. En revanche, comme Le Goaziou l’indique, la longue histoire éditoriale de ces colloques et vocabulaires ne pourrait-elle pas fournir des informations sur l’évolution de la langue depuis la transition du moyen breton au breton moderne ainsi que sur ses variétés dialectales ?11 C’est dans ce sens que nous devons comprendre la présence des dictionnaires dans la bibliothèque Montbret : réunis ensemble, à côté d’autres textes imprimés et manuscrits en breton, ils forment une collection qui prend la valeur d’une documentation linguistique. Les exemplaires multiples, au lieu d’être de simples doublons, y constituent des exemples sériels qui témoignent de l’état de la langue dans au moins deux aires dialectales et à des époques différentes.



Citer ce billet
Sven Ködel (2019, 8 avril). Les dictionnaires bretons du fonds Montbret (1) : des Colloques de Guillaume Quiquer aux Vocabulaires nouveaux (17e-19e siècles). Coquebert de Montbret. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzwo

  1. Extrait d’un exemplaire numérisée de l’édition de 1626 sur Gallica []
  2. Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, 2000, p. 104. Extraits sur Google Books. []
  3. Adolphe Le Goaziou, La longue vie de deux colloques françois et breton (1626-1915) : essai de bibliographie bretonne, 1950. L’auteur retrace l’histoire éditoriale du dictionnaire de Quiquer et de ses successeurs et recense l’intégralité des éditions qui lui étaient connues. Texte intégral en ligne. []
  4. Le Goaziou 1950, p. 1 []
  5. Exemplaire numérisé de l’édition de 1774 sur Google Books []
  6. Le Goaziou 1950, p. 18 []
  7. Le Goaziou 1950, p. 23 []
  8. Exemplaire numérisé de l’édition de 1829 sur Hathi Trust []
  9. Le Goaziou 1950, p. 26 []
  10. Le Goaziou 1950, p. 27 []
  11. Le Goaziou 1950, p. 2 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search