Les dictionnaires bretons du fonds Montbret (2) : le Dictionnaire François-Celtique de Grégoire de Rostrenen (1732)

Grégoire de Rostrenen, Dictionnaire François-Celtique, ou François-Breton (…). Rennes: Julien Vatar 1732. En haut de page, une note manuscrite provient de la propriétaire précédente : « J’apartient a Mlle Maritte du Port Louis de la bibliothèque de Mont Léger. »

Grégoire de Rostrenen (vers 1667-1750) était un père capucin, probablement originaire de la paroisse de Perret dans les Montagnes Noires.1 Breton bretonnant donc, il se vit chargé par le ministre provincial des Capucins de Bretagne de rédiger un dictionnaire bilingue à destination des ecclésiastiques qui étaient envoyés en Basse-Bretagne sans connaissances suffisantes de la langue du peuple. Il accepta cette tâche avec peu d’enthousiasme : « Je dois avoüer de bonne foi que ce n’est point une démangeaison d’écrire, genre pour lequel je n’ai aucun talent, qui m’a engagé à composer ce Dictionnaire, c’est uniquement l’ordre d’un de mes Supérieurs (…) qui m’y a determiné ».2 Pour se faire lexicographe, Grégoire s’inspira largement du Catholicon, du Nomenclator et du dictionnaire gallois de John Davies, mais il observa également de près les pratiques du breton.3 Dans la préface de sa grammaire, qui parut six ans après le dictionnaire, il affirme avoir « employé plus de 30 ans (…) à l’étude de cette Langue (…) puisque j’ai observé avec soin pendant ce tems la différence des dialectes, des mots, de la prononciation (…) ». Il y prend également position en faveur du breton et contre ceux qui attaquent « l’excellence de notre Langue », en donnant à ses lecteurs des raisons qui « suffisent pour conserver & pour cultiver les Langues vulgaires, & [qui] font en même tems toucher au doigt, & l’utilité, & la nécessité de la Langue Bretonne ».4

La parution du dictionnaire n’était cependant pas évidente. Il devait être financé par souscription, mais n’enregistra au total que 38 souscripteurs. S’y ajoutaient d’autres difficultés : la méconnaissance du breton des ouvriers typographiques à Rennes, donc en pays francophone, puis une sécheresse engendrant un manque d’eau pour la fabrication du papier. C’était finalement grâce à l’appui financier du Parlement de Bretagne que le dictionnaire put paraître en 1732, avec retard, chez Julien Vatar. Une grammaire du breton suivit en 1738, chez le même imprimeur.5 Tous les deux ouvrages ont connu des rééditions : la grammaire dès 1795 par Allain Le Fourier à Brest, puis en 1833 par Benjamen Jollivet à Guingamp de qui nous avons aussi une réédition revue et corrigée du dictionnaire, parue en 1834.

Le dictionnaire de Grégoire avait une intention précise que l’auteur rappelle dans la préface : « aider par ce moïen, nos jeunes Religieux, & plusieurs Ecclesiastiques zélez du Païs, à traduire leurs Sermons François en Breton, pour pouvoir Prêcher aux Peuples de la Basse-Province, dont la plus grande partie ne sait pas la Langue Françoise, & qui cependant est très avide de la parole de Dieu ».6 C’est donc un dictionnaire bilingue qui s’adresse, tant que la grammaire du père Grégoire, aux francophones. Il contient un alphabet breton et un lexique français-breton qui, malgré quelques erreurs dues aux emprunts au français, au moyen breton et même au gallois, est d’une richesse imposante parce que l’auteur a puisé dans des sources anciennes parfois disparues aujourd’hui, fait mention d’anciennes coutumes et présente les différences de prononciation et des formes dialectales.7

Le fonds Montbret contient trois exemplaires du dictionnaire et quatre exemplaires de la grammaire de Grégoire qui couvrent l’ensemble des éditions, de 1732 à 1834 :

  • Dictionnaire François-Celtique, ou François-Breton nécessaire à tous ceux qui veulent apprendre à traduire le François en Celtique, ou en langage Breton, pour Prêcher, Catechiser, & Confesser, selon les differens Dialectes de chaque Diocese ; utile, & curieux pour s’instruire à fond de la Langue Bretonne, & pour trouver l’étymologie de plusieurs mots François & Bretons, de noms propres de Villes, & de Maisons. Par le P. F. Grégoire de Rostrenen, Prêtre & Prédicateur Capucin. Rennes : Julien Vatar 1732, 978 pages, relié. Le livre porte une mention du classement de la collection de Charles-Étienne Coquebert de Montbret « 1.110 <25> L. celtiques » inscrit sur le contreplat ; quelques dessins d’enfants sur les plats et une marque de possession sur la page de titre, cf. l’image en haut (cote Mtg 2917).8
  • Grammaire Françoise-Celtique, ou Françoise-Bretonne, qui contient tout ce qui est nécessaire pour apprendre par les Regles la Langue Celtique, ou Bretonne. Par le P.F. Grégoire de Rostrenen, Prêtre & Prédicateur Capucin. Première édition. Rennes : Julien Vatar 1738, 186 pages. Deux exemplaires reliés, l’un sans trace d’utilisation (cote Mtp 10999), l’autre avec les marques de la collection de Charles-Étienne Coquebert de Montbret : le classement « 1.109 L. Celtiq. <20> » porté à la main sur le contreplat et un losange effacé « L. Celtiq. 20 » collé sur le dos (cote Mtp 4313).9
  • Grammaire Française-Celtique, ou Française-Bretonne, contenant tout ce qui est nécessaire pour apprendre, par les règles, la Langue Celtique ou Bretonne. Par P.F. Grégoire de Rostrenen. Nouvelle édition. Brest : Allain Le Fournier IIIe Année de la République [1795], 192 pages. Livre relié avec quelques notes manuscrites à l’intérieur (cote Mtp 10998).10

  • Grammaire Française-Celtique, ou Française-Bretonne, contenant tout ce qui est nécessaire pour apprendre, par les règles, la Langue Celtique ou Bretonne. Par P.F. Grégoire de Rostrenen. Nouvelle édition. Guingamp : Benjamin Jollivet 1833, 189 pages, relié (cote Mtp 11000).11
  • Dictionnaire français-celtique, ou français-breton ; nécessaire à tous ceux qui veulent apprendre à traduire le français en celtique, ou en langage breton, pour prêcher, catéchiser et confesser, selon les différents dialectes de chaque diocèse ; utile et curieux pour s’instruire à fond de la langue bretonne, et pour trouver l’étymologie de plusieurs mots français et bretons, de noms propres de villes et de maisons, etc., etc. Par le P. F. Grégoire, de Rostrenen ; Revu et Corrigé par Benjamin Jollivet. Guingamp : Benjamin Jollivet 1834, 2 vol. in-8°, 468 et 482 pages. Ouvrage présent en deux exemplaires dans la bibliothèque Montbret, l’un broché (cote Mtm 5711), l’autre relié (cote Mtm 18106).12
  1. Voir la notice biographique sur Wikipédia []
  2. Grégoire de Rostrenen dans la préface du dictionnaire. Livre numérisé sur Gallica. []
  3. Médiathèque des Ursulines de Quimper, Catalogue de l’exposition ‘Penser et classer le monde : cinq siècles de dictionnaires’, p. 34. Pdf en ligne. []
  4. Grégoire de Rostrenen dans la préface de la grammaire. Livre numérisé sur Bibnum. []
  5. Médiathèque des Ursulines de Quimper, Catalogue de l’exposition ‘Penser et classer le monde : cinq siècles de dictionnaires’, p. 34. Pdf en ligne. []
  6. Grégoire de Rostrenen dans la préface du dictionnaire. Livre numérisé sur Gallica. []
  7. Pour des exemples voir Bernez Rouz sur Le Trésor du breton écrit, billet sur Grégoire de Rostrenen posté le 06/01/2019. []
  8. Livre numérisé sur Gallica. []
  9. Livre numérisé sur Bibnum. []
  10. Livre numérisé sur le site de l’IDBE. []
  11. Livre numérisé sur GoogleBooks. []
  12. Livre numérisé sur GoogleBooks. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.