Orientalisme et bibliothèques privées autour de 1800 : l’exemple de Louis-Mathieu Langlès et de la grammaire bengali de Nathaniel Halhed (1778)

Halhed 1778

Nathaniel Halhed, A Grammar of the Bengal Language. Hugli : Endorse Press 1778

Autour de 1800, la linguistique produit une série de descriptions, de grammaires et de dictionnaires de langues jusqu’alors peu étudiées et difficilement accessibles en Europe. Avant l’établissement des bibliothèques publiques de recherche, ces ouvrages se retrouvent dans des bibliothèques savantes privées et dans quelques autres collections spécialisées. C’est également le cas de la grammaire bengali de l’orientaliste britannique Nathaniel Halhed, qui est en même temps le premier livre imprimé au Bengale. Un exemplaire est entré en possession de l’orientaliste parisien Louis-Mathieu Langlès et a été acquis après sa mort par Eugène Coquebert de Montbret pour sa propre bibliothèque. Tracer l’histoire de ce livre nous permet également de mieux comprendre la fonction des collectionneurs érudits et de leurs bibliothèques privées.

Le premier livre imprimé au Bengale

La Grammar of the Bengal Language, paru en 1778, marque une étape importante et dans l’histoire de la langue et dans l’histoire du livre en Inde. Sa parution est cependant due moins à l’intérêt linguistique pur et neutre de son auteur qu’à la position de celui-ci au sein de l’administration coloniale britannique. Nathaniel Brassey Halhed (1751-1830), un orientaliste anglais, part pour l’Inde en 1772 en tant que rédacteur de la Compagnie britannique des Indes orientales. À l’instigation du gouverneur Warren Hastings, il traduit d’abord le code juridique hindou à partir d’une version persane de l’original sanskrit, publié comme The Gentoo Code en 1776. Toujours à la demande de Hastings, il entame ensuite la rédaction d’une grammaire bengali dans le but de faciliter aux employés de la compagnie l’apprentissage de cette langue.

La Compagnie britannique des Indes orientales avait pris contrôle de la province du Bengale après la bataille de Plassey en 1757. Sa politique de promotion du bengali s’inscrit ensuite dans les efforts de domination des populations, au détriment du persan, la langue officielle du Bengale depuis l’époque des Mogouls. Dans la préface de sa grammaire, Halhed rappelle clairement ce but aux lecteurs :

The wisdom of the British Parliament has within these few years taken a decisive part in the internal policy and civil administration of its Asiatic territories ; and more particularly in the Kingdom of Bengal, which, by the most formal act of authority in the establishment of a Supreme Court of Justice, it has professedly incorporated with the British Empire. Much however still remains for the completion of this grand work ; and we may resaonably presume, that one of its most important desiderata is the cultivation of a right understanding and of a general medium of intercourse between the Government and its Subjects ; between the Natives of Europe who are to rule, and the Inhabitants of India who are to obey. (Halhed 1778, p. i-ii) 1

La compagnie encourage donc ses employés et administrateurs à apprendre les langues locales de l’Inde, d’où le besoin de produire des manuels et des livres dans ces idiomes. Elle avait en fait chargé auparavant un Hollandais en ses services, Willem Bolts, de la confection d’une grammaire bengali, mais celui-ci se brouilla avec ses commettants et fut obligé à quitter l’Inde avant même d’avoir réussi à produire des caractères de l’alphabet de cette langue. La seule grammaire européenne du bengali existant dans les années 1770 est ainsi celle du missionnaire portugais Manuel da Assumpção, le Vocabulario em idioma bengalla e portuguez dividido em duas partes. Rédigée en portugais et publiée à Lisbonne en 1743, elle était destinée à l’usage au sein de la mission. Assumpção se base encore sur le modèle de la grammaire latine et utilise l’alphabet latin également pour rendre les mots bengali. Ce n’est qu’avec la parution de la grammaire de Halhed que des caractères spécifiques sont utilisés pour la première fois dans un livre imprimé, à côté de l’anglais qui sert comme métalangue de la description grammaticale. Ces caractères d’imprimerie sont fabriqué sur place par Charles Wilkinson et Panchanan Karmakar. Le produit final est imprimé à Hugli où la compagnie venait d’installer la même année la première presse au Bengale.2 3

L’orientaliste Louis-Mathieu Langlès et sa bibliothèque privée

L’exemplaire de la grammaire de Halhed qui se trouve aujourd’hui dans le fonds Montbret de la bibliothèque municipale de Rouen est acquis par Eugène Coquebert de Montbret en 1825. Il a porté son nom sur le verso de la page de garde, suivi de la cote 1.152 <47> sous laquelle l’ouvrage a trouvé sa place dans sa collection privée. Une note sur la provenance du livre, « de feu M. Langlès », nous indique qu’il vient de la vente de la bibliothèque de l’orientaliste Louis-Mathieu Langlès (1763-1824). Les deux hommes se connaissaient, étaient tous les deux membres de la Société asiatique de Paris, érudits bibliophiles et peut-être liés d’amitié.

Louis-Mathieu Langlès. Portrait accessible en ligne dans P.-S. Filliozat (2015) d’après J.-L- Boilly (1820-1824) : Recueil de portraits de personnages célèbres faisant partie des quatre différentes classes académiques de l’Institut, lithographiés par Boilly fils, Paris.4

Langlès, selon Pierre-Sylvain Filliozat « mal jugé de son vivant, vite oublié après sa mort, occupe pourtant une place importante dans l’histoire de la fondation de l’indianisme en France et dans celle de l’histoire de l’art en Inde ».5 Orientaliste et bibliothécaire, il est l’initiateur de la création de l’École spéciale des langues orientales où il enseigne comme professeur, devient conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque impériale, et joue un rôle primoridal comme diffuseur des travaux scientifiques anglais en France. Il ne possédait cependant aucune expérience directe de l’Inde. Toute sa culture est de source livresque : « Doté d’une passion de collectionneur, il s’était constitué une bibliothèque personnelle et, par ses fonctions de conservateur des trésors de la Bibliothèque nationale, avait à sa disposition une documentation précieuse et rare, l’une des meilleures en Europe. Il s’intéressait à toutes les approches, à toutes les disciplines, langues et littératures, géographie, histoire, religion, arts. Dans son œuvre, on ne saurait chercher de création originale : c’est une longue suite de traductions et d’annotations. »6 Instrument de travail, la bibliothèque privée de Langlès est tout-à-fait représentative du rôle des bibliothèques savantes au sein de l’érudition parisienne de l’époque :

Non content du riche dépôt qui lui étoit confié, et dont il rendoit l’accès facile à tous les hommes studieux, il avoit formé dans son habitation la collection de livres orientaux la plus complète et la plus précieuse qui existe sur le continent ; et la tâche de tenir sa bibliothéque constamment ouverte aux savans de tous les pays, et de les réunir périodiquement chaque mois dans ce sanctuaire des muses, n’étoit pas la moins embarrassante et surtout la moins utile des obligations qu’il s’étoit imposées. Il seroit difficile, en effet, de décider en quoi il servit plus efficacement l’étude des langues orientales par les livres qu’il a publiés, ou par ceux dont il avoit composé sa bibliothéque, et par les réunions qui y avoient lieu et où la littérature orientale occupoit toujours le premier rang. (B.-J. Dacier, 1831, p.114-115) 7

Comme la majorité des bibliothèques privées de l’époque, celle de Langlès est dissipée après le décès du propriétaire. La vente est organisée par la librairie Merlin en mars 1825, comme l’indique le catalogue dressé pour l’occasion.8 Y figure également le livre de Halhed, accompagné d’une remarque soulignant sa rareté en France, d’après une note manuscrite de Langlès :

Cet ouvrage est extrèmement rare et cher en Europe, où il n’en est parvenu que 20 exemplaires au plus, l’édition ayant été achetée et retenue par le conseil supérieur du Bengale, à l’exception de 25 exemplaires accordés à l’auteur. C’est le premier livre imprimé au Bengale. (Extrait d’une note mss. de M. Langlès.) 9

Langlès apparaît ici comme un bibliophile qui apprécie surtout la rareté du livre, argument qui sert l’intérêt du libraire proposant le livre à la vente. Mais de son vivant, il est moins un bibliophile qu’un collectionneur spécialisé dont les connaissances bibliographiques sont mises au service des sciences. En 1799, il cite la grammaire bengali parmi les références trouvées dans les manuscrits d’Anquetil-Duperron qu’il a dépouillés pour le Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts.10 A-t-il ensuite activement recherché ce livre pour l’intégrer dans sa propre bibliothèque ? Il est au moins probable qu’il se l’est procuré grâce à ses contacts avec les orientalistes britanniques. L’exemplaire du livre comprend une page « Errata discovered since the Bengal Grammar came to England » qui nous indique que la reliure a sans doute été réalisée en Angleterre. Il comporte également des annotations manuscrites qui sont très probablement de Langlès, telle la mention « 1er livre imprimé au Bengal » portée sur le contreplat, et quelques traductions de mots anglais en français, écrites au crayon en marge de la préface. Ce sont des traces d’une lecture intensive qui prouvent que l’intérêt de Langlès ne se limitait pas à la simple possession du livre.

L’exemple de Langlès montre que la collection de livres spécialisés pouvait impliquer une série de pratiques savantes – la mobilisation d’un savoir spécifique, le recours aux réseaux du collectionneur pour l’acquisition de livres rares, la diffusion d’un savoir bibliographique et la mise à disposition des ouvrages pour être utilisés par d’autres spécialistes. Les bibliothèques de ces érudits bibliophiles remplissaient des fonctions pour la communauté des chercheurs qui, plus tard au 19e siècle, seront assumées par les bibliothèques publiques de recherche. C’est sous cette perspective que nous devons également envisager la bibliothèque Montbret, fruit et outil d’un travail savant mené sur deux générations.

Page de titre du catalogue de la bibliothèque Langlès, dressé par la librairie Merlin pour la vente organisée le 24 mars 1825 et jours suivants, ouvrage numérisé disponible sur Google Books.


Citer ce billet
Sven Ködel (2020, 29 avril). Orientalisme et bibliothèques privées autour de 1800 : l’exemple de Louis-Mathieu Langlès et de la grammaire bengali de Nathaniel Halhed (1778). Coquebert de Montbret. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lzwr

  1. Nathaniel Brassey Halhed : A Grammar of the Bengal Language. Hugli, Endorse Press 1778. Ouvrage numérisé disponible sur Archive.org. []
  2. Siddiq Khan : The Early History of Bengali Printing, in : The Library Quarterly. Information, Community, Policy, 32/1962 n°1, p.51-61. Article en ligne sur JSTOR. []
  3. Voir aussi les entrées « Halhed, Nathaniel Brassey » et « Grammar » sur Baglapedia. National Encyclopedia of Bagladesh. []
  4. Pierre-Sylvain Fillliozat : 1817-1821 : Les Monuments de l’Hindoustan de Louis-Mathieu Langlès, in : Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle – 1945 : Hommage de ses collègues et amis à Ève Gran-Aymerich. Pessac : Ausonius Éditions, 2015. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/ausonius/5855>. ISBN : 9782356133151. DOI : https://doi.org/10.4000/books.ausonius.5855. []
  5. Pierre-Sylvain Filliozat 2015, résumé. []
  6. Pierre-Sylvain Filliozat 2015, paragraphe 5. []
  7. Bon-Joseph Dacier : Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Langlès, in : Mémoires de l’Institut de France, 1831, n° 9, pp. 100-116, disponible en ligne sur Persée. []
  8. Catalogue des livres, imprimés et manuscrits, composant la bibliothèque de feu M. Louis-Mathieu Langlès (…), Paris, Merlin 1825. Disponible sur Google Books. []
  9. Idem, p. 120, extrait en ligne []
  10. Louis-Mathieu Langlès in: Magasin encyclopédique, 1799, tome 1, p. 242. Disponible sur Gallica. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search