Orientalisme et bibliothèques privées autour de 1800 : l’exemple de Louis-Mathieu Langlès et de la grammaire bengali de Nathaniel Halhed (1778)

Halhed 1778

Nathaniel Halhed, A Grammar of the Bengal Language. Hugli : Endorse Press 1778

Autour de 1800, la linguistique produit une série de descriptions, de grammaires et de dictionnaires de langues jusqu’alors peu étudiées et difficilement accessibles en Europe. Avant l’établissement des bibliothèques publiques de recherche, ces ouvrages se retrouvent dans des bibliothèques savantes privées et dans quelques autres collections spécialisées. C’est également le cas de la grammaire bengali de l’orientaliste britannique Nathaniel Halhed, qui est en même temps le premier livre imprimé au Bengale. Un exemplaire est entré en possession de l’orientaliste parisien Louis-Mathieu Langlès et a été acquis après sa mort par Eugène Coquebert de Montbret pour sa propre bibliothèque. Tracer l’histoire de ce livre nous permet également de mieux comprendre la fonction des collectionneurs érudits et de leurs bibliothèques privées. Continuer la lecture de Orientalisme et bibliothèques privées autour de 1800 : l’exemple de Louis-Mathieu Langlès et de la grammaire bengali de Nathaniel Halhed (1778)

L’affaire du testament Montbret

« Not a little sensation »

Dans son numéro d’avril 1848, les American Annals of the Deaf and Dumb se font l’écho d’une affaire de testament survenue à Rouen l’année précédente :

« The last number of the Paris Annales has much to say concerning a deaf and dumb gentleman of Rouen, Baron de Montbret, whose late death, connected with the testamentary disposition which he made of his large estate, is producing not a little sensation in that quarter. »1

Cette sensation est due au testament d’Eugène Coquebert de Montbret, décédé d’une apoplexie, le 12 août 1847, à l’âge de 62 ans. Traducteur, orientaliste, linguiste, mais surtout collectionneur passionné de livres, il laisse une bibliothèque privée exceptionnellement riche et volumineuse, formée initialement par son père, Charles-Étienne Coquebert de Montbret, et augmentée considérablement par lui tout au long de sa vie. Contre toute attente, Eugène lègue cette bibliothèque – ainsi que toute sa fortune mobilière et immobilière ! – à la ville de Rouen, déshéritant ainsi ses plus proches parents. Ceux-ci, à savoir sa sœur cadette et son cousin, saisissent aussitôt la justice afin de faire invalider le testament.

Continuer la lecture de L’affaire du testament Montbret

  1. American Annals of the Deaf and Dumb, vol. 1, no. 3 (avril 1848), p. 193, www.jstor.org/stable/44401115. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search