Les Bibles polyglottes de la bibliothèque Montbret : la traduction romanche du Nouveau Testament par Luci Gabriel (1648/1809)

Luci Gabriel: Ilg Nief Testament da Niess Senger Jesu Christ. Exemplaire de la bibliothèque Montbret, avec signet entre les pages 146 et 147.

Jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation des idiomes rhéto-romans des Grisons à l’écrit se limite aux textes religieux. Les traductions des Psaumes et de la Bible ont cependant jeté les bases du développement de la langue écrite. La première traduction du Nouveau Testament dans l’idiome de la Haute-Engadine – L’g Nuof Sainc Testamaint de Jachiam Bifrun – date de 1560. Environ cent ans plus tard, Luci Gabriel réalise la première traduction en sursilvan, son Nief Testament da Niess Senger Jesu Christ, qui a servi de modèle pour l’élaboration du surselvan comme langue écrite.1 Luci Gabriel (1597-1663) était pasteur réformé à Ilanz, où il a succédé à son père Stefan Gabriel, lui aussi auteur d’ouvrages religieux en romanche. Son Nouveau Testament est publié pour la première fois à Bâle en 1648, imprimé dans l’atelier de Johann Jacob Genath l’ancien. La première traduction complète de la Bible en romanche, la Biblada Scuol de Vulpio et Dorta, paraît en Engadine dès 1679, mais dans la région de la Surselva seulement en 1717-1719, à savoir la Bible Ent ilg Languaig Rumonsch de la Ligia Grischia, traduite par Saluz, Anosi et Caminada.2

Page de titre de l’édition de 1809, imprimé par Felix Schneider à Bâle. Avec estampille et cote de la Bibliothèque municipale de Rouen, Mtm 21772.

L’exemplaire du Nief Testament par Luci Gabriel que l’on trouve dans la bibliothèque Montbret représente l’édition de 1809, imprimée par Felix Schneider à Bâle, en un volume relié de 531 pages, in-8. Coquebert de Montbret a ajouté à la main le titre français sur la page de garde ainsi que des renvois aux pages où l’on trouve le Notre Père et la parabole de l’enfant prodigue. Entre les pages 146 et 147 est toujours glissé un bout de papier comme marque-page, indiquant Luc 11 avec le Notre Père. Ces traces témoignent de l’utilisation de cette Bible par les Coquebert de Montbret. Leur intérêt était essentiellement linguistique, le Nief Testament fournissant la version surselvane des deux passages de la Bible qui leur servaient de texte de comparaison linguistique et dialectale. D’autres versions de la parabole de l’enfant prodigue en romanche, à savoir dans les idiomes de la haute et basse Engadine, ont été incluses dans la collection publiée dans les Mélanges sur les langues, dialectes et patois en 1831, p. 540-545.3 On y trouve en outre des versions en provenance de Genève, de la Broye et des cantons de Vaud et de Fribourg, toutes témoignant d’une attention particulière des Coquebert de Montbret aux langues parlées en Suisse et notamment aux idiomes romans et leur parenté avec les dialectes en usage du côté français, mais également avec le frioulan parlé en Italie. Le Nief Testament représente ainsi un exemple probant de l’usage de la Bible, dans le contexte de la collection Montbret, comme spécimen linguistique dans une approche comparative de la diversité des langues.

Notes manuscrites de Coquebert de Montbret : traduction du titre en français et renvois aux pages contenant l’oraison dominicale et la parabole de l’enfant prodigue.
  1. Disponible comme livre numérisé sur Google Books. []
  2. Sur l’histoire des traductions de la Bible en romanche voir Cla Riatsch : Bünderromanische Literatur: eine kleine Skizze, in: Babylonia. Langue et culture rhétoromanches. Éd. par Werner Carigiet. N° 3/1998, p. 23-28. Texte intégral. []
  3. Coquebert de Montbret (éd.) : Mélanges sur les langues, dialectes et patois, renfermant, entre autres, une collection de versions de la parbole de l’enfant prodigue en cent idiomes ou patois différens, presque tous de France (…). Paris 1831. Texte intégral sur Google Books. []

Aux débuts de la lexicographie sarde : le Nou dizionariu universali sardu-italianu de Vincenzo Porru (1832-1834)

Vincenzo Raimondo Porru : Nuovo dizionario universale sardo-italiano. Cagliari : Tipografia arcivescovile 1832-1834. Fascicule 14 de l’exemplaire du fonds Montbret, BMR Mtg 2886.

Ce dictionnaire sarde-italien est le seul ouvrage du fonds Montbret en langue sarde. La bibliothèque de Rouen en conserve deux exemplaires, l’un relié en un seul volume in-4 de 641 pages (Mtg 2870), l’autre en 20 fascicules séparés, brochés en papier bleu (Mtg 2886). L’ambition de ce dictionnaire se lit dans son titre : « universale » est à comprendre comme opposé à « domestico » dans le sens que le lexique étudié – un total de 36.000 lemmes – ne se limite pas à une seule localité ni à un domaine lexical spécifique, afin d’être utile à tout le monde, comme l’explique dans la préface son auteur Vincenzo Raimondo Porru (1773-1836), un ecclésiastique qui enseignait le latin à l’école Santa Teresa à Cagliari, avant de devenir bibliothécaire à l’université de cette ville, puis préfet du collège de philosophie et des Beaux-Arts. Le dictionnaire couvre les variations diatopiques et diastratiques du sarde et contient le vocabulaire spécialisé des arts et métiers, du commerce ou encore des plantes et des animaux, aussi bien que des locutions idiomatiques et des néologismes. C’est dans ce sens qu’il est réellement « nouveau » puisqu’il est le premier dictionnaire de ce genre pour la langue sarde.1

Porru fit paraître son dictionnaire en plusieurs livraisons, entre 1832 et 1834. Dans l’avertissement aux lecteurs, il se plaint de l’indifférence du public, mettant en question le financement du projet éditorial qui fut rendu possible seulement grâce au soutien de la Società della Tipografia Arcivescovile qui en commanda 50 exemplaires. C’est un dictionnaire bilingue sarde-italien qui se base sur le sarde mériodional, c’est-à-dire la variété en usage à Cagliari et dans sa région, qui était la langue maternelle de Porru. Il l’utilise également comme métalangue de la description linguistique des termes, au lieu de l’italien. Le public visé principalement était donc sardophone plus qu’italophone. L’orthographe utilisé se base sur le modèle de l’italien. Porru était également parmi les premiers à souligner la spécificité du sarde vis-à-vis de l’italien et à travailler à la codification de cette langue. Dès 1811, il publia un Saggio di gramatica sul dialetto sardo meridionale2, travail pionnier qui constitue la première véritable grammaire sarde. Il s’y prononce en faveur d’une épuration (« pulimento ») du sarde et pour son émancipation face à l’italien qui était alors la langue dominante dans l’administration, la culture et le commerce en Sardaigne. L’argument n’était pas entièrement nouveau. Dès 1782, Matteo Madao (1733-1800) avait appelé à une revalorisation du sarde à travers son épuration, le considérant comme le descendant le plus proche du latin.3 Madao avait travaillé à son tour à deux dictionnaires, laissés inédits après sa mort. De fait, si le sarde était fréquemment utlisé dans les actes au Moyen Âge, il n’était plus cultivé par la suite. Ce n’est qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle que l’on commence à s’intéresser à la langue sarde et à travailler à sa révalorisation.

Page de titre en sarde : Nou dizionariu universali sardu-italianu compilau de su saçerdotu benefiziau Vissentu Porru, professori emeritu de rettorica, accademicu in su collegiu de Bellas Artis, assisstenti a sa biblioteca de sa regia universidadi de Casteddu capitali de Sardigna. Casteddu 1832. De sa Tipografìa arciobispali.

BMR Fonds Montbret Mtg 2870

Le début du XIXe siècle était ainsi un moment propice à la reconnaissance et à la modernisation du sarde et à la naissance des premiers dictionnaires et grammaires. Porru se distingue cependant de ses contemporains qui fondaient le prestige du sarde sur son caractère prétendu archaïque et la proximité avec le latin, alors que Porru le considérait comme une langue vitale et progressive, ouverte aux influences du monde moderne. Quelques années après Porru, Giovanni Spano (1803-1878) publia à son tour une grammaire4 et un dictionnaire5 qui ont éclipsé l’œuvre de Porru car Spano couvre tous les dialectes principaux du sarde. Le Nou dizionariu demeure tout de même l’œuvre majeur de Porru. Il fut bien accueilli par les contemporains, et une deuxième édition vit le jour en 1866, puis plusieurs rééditions suivirent en 1967, 1976, 1981, 1985 et 20026. Il conserve jusqu’à nos jours sa valeur comme témoignage important du sarde méridional tel qu’il était en usage au XIXe siècle.7

  1. Une version numérisée du dictionnaire est disponible sur Google Books. []
  2. Vincenzo Raimondo Porru, Saggio di gramatica sul dialetto sardo meridionale, Cagliari 1811. Texte intégral sur Google Books. []
  3. Matteo Madao, Il ripulimento della lingua sarda lavorato sopra la sua analogia colle due matrici lingue la greca e la latina, Cagliari 1782. Texte intégral sur Google Books. []
  4. Giovanni Spano, Ortografia sarda nazionale, ossia grammatica della lingua loguderese paragonata all’italiana, Cagliari 1840. Texte intégral sur Google Books. []
  5. Giovanni Spano, Vocabolario sardo-italiano e italiano-sardo. Vocabulariu sardu-italianu et italianu-sardu, Cagliari 1851–1852. Texte intégral sur Google Books. []
  6. La deuxième édition de 1866 est disponible sur archive.org. []
  7. Sur l’histoire de la langue sarde et le rôle de V. Porru, voir Elisabeth Wippel : Die neueren Normativierungsversuche des Sardischen. Limba Sarda Unificada –Limba de Mesania –Limba Sarda Comuna –Arrègulas. Eine soziolinguistische Untersuchung. Thèse à l’université de Vienne, 2013, p. 126-129, en ligne ; Rosita Rindler Schjerve : Sardisch. In : Wolfgang Dahmen et al. (éd.), Zum Stand der Kodifizierung romanischer Kleinsprachen. Tübingen 1991, p. 119-138, extraits sur Google Books. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search