Les Bibles polyglottes de la bibliothèque Montbret : la traduction romanche du Nouveau Testament par Luci Gabriel (1648/1809)

Luci Gabriel: Ilg Nief Testament da Niess Senger Jesu Christ. Exemplaire de la bibliothèque Montbret, avec signet entre les pages 146 et 147.

Jusqu’au XVIIIe siècle, l’utilisation des idiomes rhéto-romans des Grisons à l’écrit se limite aux textes religieux. Les traductions des Psaumes et de la Bible ont cependant jeté les bases du développement de la langue écrite. La première traduction du Nouveau Testament dans l’idiome de la Haute-Engadine – L’g Nuof Sainc Testamaint de Jachiam Bifrun – date de 1560. Environ cent ans plus tard, Luci Gabriel réalise la première traduction en sursilvan, son Nief Testament da Niess Senger Jesu Christ, qui a servi de modèle pour l’élaboration du surselvan comme langue écrite.1 Luci Gabriel (1597-1663) était pasteur réformé à Ilanz, où il a succédé à son père Stefan Gabriel, lui aussi auteur d’ouvrages religieux en romanche. Son Nouveau Testament est publié pour la première fois à Bâle en 1648, imprimé dans l’atelier de Johann Jacob Genath l’ancien. La première traduction complète de la Bible en romanche, la Biblada Scuol de Vulpio et Dorta, paraît en Engadine dès 1679, mais dans la région de la Surselva seulement en 1717-1719, à savoir la Bible Ent ilg Languaig Rumonsch de la Ligia Grischia, traduite par Saluz, Anosi et Caminada.2

Page de titre de l’édition de 1809, imprimé par Felix Schneider à Bâle. Avec estampille et cote de la Bibliothèque municipale de Rouen, Mtm 21772.

L’exemplaire du Nief Testament par Luci Gabriel que l’on trouve dans la bibliothèque Montbret représente l’édition de 1809, imprimée par Felix Schneider à Bâle, en un volume relié de 531 pages, in-8. Coquebert de Montbret a ajouté à la main le titre français sur la page de garde ainsi que des renvois aux pages où l’on trouve le Notre Père et la parabole de l’enfant prodigue. Entre les pages 146 et 147 est toujours glissé un bout de papier comme marque-page, indiquant Luc 11 avec le Notre Père. Ces traces témoignent de l’utilisation de cette Bible par les Coquebert de Montbret. Leur intérêt était essentiellement linguistique, le Nief Testament fournissant la version surselvane des deux passages de la Bible qui leur servaient de texte de comparaison linguistique et dialectale. D’autres versions de la parabole de l’enfant prodigue en romanche, à savoir dans les idiomes de la haute et basse Engadine, ont été incluses dans la collection publiée dans les Mélanges sur les langues, dialectes et patois en 1831, p. 540-545.3 On y trouve en outre des versions en provenance de Genève, de la Broye et des cantons de Vaud et de Fribourg, toutes témoignant d’une attention particulière des Coquebert de Montbret aux langues parlées en Suisse et notamment aux idiomes romans et leur parenté avec les dialectes en usage du côté français, mais également avec le frioulan parlé en Italie. Le Nief Testament représente ainsi un exemple probant de l’usage de la Bible, dans le contexte de la collection Montbret, comme spécimen linguistique dans une approche comparative de la diversité des langues.

Notes manuscrites de Coquebert de Montbret : traduction du titre en français et renvois aux pages contenant l’oraison dominicale et la parabole de l’enfant prodigue.
  1. Disponible comme livre numérisé sur Google Books. []
  2. Sur l’histoire des traductions de la Bible en romanche voir Cla Riatsch : Bünderromanische Literatur: eine kleine Skizze, in: Babylonia. Langue et culture rhétoromanches. Éd. par Werner Carigiet. N° 3/1998, p. 23-28. Texte intégral. []
  3. Coquebert de Montbret (éd.) : Mélanges sur les langues, dialectes et patois, renfermant, entre autres, une collection de versions de la parbole de l’enfant prodigue en cent idiomes ou patois différens, presque tous de France (…). Paris 1831. Texte intégral sur Google Books. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search